Le salon “Computer” de Lausanne. Partie 4 : Aux marges : le grand public et la culture

by Pierre-Yves Hurel


Contexte : Cet article fait partie du dossier à propos du salon lausannois “Computer”

  • Dans le premier article de cette serie (lien), j’ai présenté mes choix méthodologiques, le corpus étudié et les principales périodes du salon d’exhibition.
  • Dans le second article (lien), je relate comment cette foire était intégrée dans un contexte de rivalité régionale.
  • Dans le troisième article (lien), j’étudie les entreprises présentes sur le salon.
  • De ce quatrième article, je relate les ambiguités de Computer dans son adresse au grand public, ainsi que l’ouverture relative au domaine culturel.
  • De nouveaux articles seront publiés dans les prochaines semaines.
  •  

A qui s’adresse le salon lausannois de l’informatique « Computer » ? A première vue, pour qui a lu les articles précédents, la réponse semble entendue : aux professionnels. Plus surprenants sont alors la récurrence et la vigueur avec laquelle les organisateurs doivent le répéter. C’est que, pendant des années, la foule, le tout-venant, les amateurs, le public familial doivent être explicitement rejetés… avant un revirement tardif.

Surtout, pas trop de « curieux » ! Qui est le public ?

En 1978, Jean-Michel Vaucher signe un article informé et documenté « en marge de l’ouverture de Computer 78 ». Il détaille d’abord le programme de la première édition de ce salon, puis demande « qui va visiter Computer 78 ? » et avance la réponse suivante :

« Il sera extrêmement intéressant au moment du bilan de voir qui sera venu à Lausanne. Les personnes en confrontation avec l’informatique dans les moyennes et grandes entreprises, mais également les patrons et cadres de petites entreprises, les personnes de profession libérale qui devront aussi compter avec ce nouvel outil qu’est l’informatique. »

L’objectif est clair… Puis le journaliste enchaîne avec un focus sur l’explosion de l’informatique « à usage personnel » aux Etats-Unis. Il fait état des mutations en cours, qui impliquent notamment le développement de revues de hobbyistes qui diffusent des programmes, et de boutiques d’informatiques : « Cette explosion gagne déjà l’Europe, où vingt «boutiques d’ordinateurs » ont déjà vu le jour (dont deux à Zurich) ». Un peu plus loin l’auteur conclut :

« Le succès de Computer 78 est certain, car, devant cette gamme immense allant du plus simple micro-ordinateur au système le plus complet, les visiteurs seront beaucoup mieux informés et pourront voir des systèmes fonctionner ».

On peut donc voir dans ce premier article une forme d’ambiguïté qui va continuer d’hanter le salon jusqu’à sa dernière édition : d’une part la priorité pour le G.R.I. (Groupement Romand pour l’Informatique) est de dynamiser l’informatisation des acteurs économiques locaux ainsi qu’une informatique romande, d’autre part l’informatique est vouée à être affaire de toutes et tous. Enfin, les personnes intéressées manquent cruellement d’information, et, surtout, elles veulent « voir des systèmes fonctionner ». Cette thématique de la foule qui veut voir les nouveautés spectaculaires s’affiche en 1987 en Une de la Gazette de Lausanne, par un article de José Bessard – unique en son genre par son ton. L’auteur se livre à une critique en règle de l’orientation prise par le G.R.I. Morceaux choisis :

« (…) commençons tout de go par une critique de taille. “Computer 84 se veut un salon spécialisé”, déclara fort joliment M. Emil Jucker (…). “Il s’adresse aux professionnels et non au grand public. Mais l’évolution du marché nous contraindra éventuellement à une modification de cette politique.” C’est vraiment ce qui s’appelle nager à contre-courant ! Alors que tous les grands fabricants se lancent à corps perdu sur le marché de la micro-informatique, lançant nouveautés sur nouveautés dans le domaine des ordinateurs familiaux, portables et personnels, l’exposition de système informatiques la plus importante de Suisse fait la fine bouche. On croit rêver ! (…) Quand M. Jucker parle d’une éventuellement contrainte qui pourrait… on ne peut s’empêcher de sourire. L’avalanche “grand public” qui déferle sur les micro-ordinateurs va balayer tous ces chipotages rétrogrades (…) En s’adressant d’abord aux professionnels, “Computer 84” rate la moitié de la cible. Mais les gens passeront outre et envahiront tous les stands, simplement parce que l’attrait est irrésistible et va dans le sens de l’histoire. »

Une critique en règle du salon « Computer » en première page de La Gazette de Lausanne : un cas unique dans notre corpus. (Source)

Aussi forte soit la charge, elle ne bouscule pas la politique du G.R.I. et, l’année suivante, une dépêche du 5 juin 1985 explique que

« Le Groupement romand de l’informatique, qui organise le salon « Computer » depuis près de dix ans, tient à préciser que celui-ci n’est pas destiné au grand public : il juge le moment inopportun de “mélanger les ordinateurs de gestion avec les ordinateurs-jouets” ».

Voilà qui confirme son désintérêt pour la micro-informatique ainsi que pour le grand public. La réitération des organisateurs, qui « tiennent à préciser » semble cependant donner raison à José Bessard : le grand public continue d’affluer malgré les horaires d’ouverture inadaptées (uniquement en semaine et aux horaires de bureaux). En 1987, Emil Jucker sera encore plus clair : « il ne faut pas oublier, dit-il, que pour les exposants, la qualité du visiteur prime sur la quantité ». C’est pourquoi « reste cependant la crainte de voir le salon offrir un éventail de produits tel que par force il drainera le public au sens large et perdra ipso-facto son caractère hautement spécialisé ». Le G.R.I. argumente donc sur la qualité de ses visiteurs : 44% d’entre eux suivent régulièrement des cours d’informatique, 67 % bénéficient d’une formation permanente dans l’entreprise. En 1992, l’âme du salon réitère : « Nous nous adressons à des utilisateurs professionnels. De ce fait, nous essayons d’avoir un pourcentage minime voire infime de curieux. » Pendant toutes ces années, il semble donc important aux organisateurs de tempérer l’enthousiasme de la foule, du grand public, du curieux. Ceux-ci sont vus comme un risque, une menace pour le sérieux, la sérénité et la concentration des professionnels. Ils semblent pourtant s’entêter à venir. Puis le marché finit par contraindre cette politique, semble-t-il. En 1994, le journaliste Pierre-Henri Badel explique qu’« avec l’arrivée des techniques multimédia, la banalisation de l’informatique a atteint aujourd’hui un point de non-retour ». Il faut ajouter que le salon connaît alors quelques perturbations. C’est pourquoi une petite place, à part, est concédée à ce public non-souhaité et refoulé depuis seize ans :

« L’idée est simple : assurer un nouveau public à Beaulieu. En l’occurrence, il s’agit des utilisateurs privés de l’informatique, adeptes du travail à domicile, des jeux, de la musique ou autre multimédia. Confinés à l’écart des professionnels qui visitent « Computer 94 », ces visiteurs-là ne les dérangeront ni par leurs bruyantes démonstrations, ni par leurs questions sans intentions d’achat. Ils pourront en revanche acheter sur place et repartir de Beaulieu satisfaits, leurs emplettes sous le bras. »

Cet article de Jacques Bettex du 26 avril 1994 démontre la faible considération qui est faite au public. On ne lit bien sûr pas « confiné » de la même manière en 2023 qu’en 1994. Mais tout de même : c’est au prix de cette inclusion-exclusion à l’écart des personnes sérieuses que l’espace domestique fait son entrée à « Computer ». C’est que depuis ses déclarations deux ans plus tôt, Emil Jucker semble avoir saisi qu’un mouvement de fond était en cours de réalisation :

« Regardez ce qui se passe aux Etats-Unis, s’enflamme-t-il. Les ordinateurs qu’on y trouve chez les particuliers sont moins puissants que les machines professionnelles, mais servent bien leur usage. (…) En Suisse, les gens veulent des ordinateurs à domicile aussi puissants que la machine qu’ils ont au bureau. Ils veulent liquider le courrier du ménage sur le traitement de texte le plus perfectionné. C’est absurde. Avec Computer at Home, on va essayer d’ouvrir les esprits aux machines de bas de gamme. »

L’on fait généralement démarrer l’histoire de la micro-informatique autour de 1975 et des premiers ordinateurs domestiques (l’altair 8800 par example). Mais l’on oublie parfois que le phénomène a mis du temps à se massifier au point de devenir incontournable. On peut faire ici l’hypothèse que de 1975 à 1994, l’informatique domestique relève, au moins aux yeux des organisateurs, d’un marché de niche en Romandie. Du point de vue du G.R.I., il est sans doute compréhensible de ne s’intéresser au marché domestique que lorsque c’est devenu un phénomène massif et non pas une niche d’amateurs. Cependant, cela lui demande désormais d’inviter un public qu’il a explicitement refoulé pendant de longues années.

Encadré : Lors de cette première édition de « Computer at home », un article de Fausto Solano nous renseigne sur ses exposants. On y retrouve notamment Computershop, un magasin spécialisé dans les produits Apple à Genève (et toujours actif aujourd’hui, comme en témoigne son site internet – sur lequel on retrouve quelques mentions de Computer), des jeux précédemment sortis sur Smaky et désormais adaptés sur PC, mais aussi la Migros (qui vend des machines et organise des cours d’informatique), et quelques stands de grandes sociétés (Bull, Texas instrument).

La relation tumultueuse de Computer avec la foule ne s’arrête pas là, puisque le début des années 2000 va être marqué par plusieurs changements d’orientation consécutifs. En 2001 le nouveau pilote du salon, Patrick Lehner, souhaite revenir aux origines : « Notre cœur de cible est constitué de chefs d’entreprise et d’informaticiens, explique-t-il (Patrick Lehner). Nous ne cherchons pas à attirer les pères de famille qui viendraient avec leurs enfants, par exemple. »  Il augmente ainsi le ticket d’entrée pour limiter l’affluence et décide « d’adopter un langage encore plus business. Par exemple, même si je le regrette, j’ai interdit aux écoles de venir en groupe. Notre public cible est réellement constitué d’hommes d’affaires et d’informaticiens. » Le journaliste Gaël Hurlimann en atteste cette même année : « En parcourant la liste des nouveautés qui seront présentées à Computer-expo cette année, on comprend que ce qui a pu être par le passé une foire très grand public se transforme en rendez-vous hautement professionnel. Les exposants ne viennent pas faire rêver les ados avec de nouveaux ordinateurs au look tapageur ou la dernière gamme de téléphones mobiles. Ces produits sont présentés dans d’autres foires. Ici, ils s’adressent au chef d’entreprise soucieux de s’équiper d’une « infrastructure de messagerie e-business dernier cri », du dernier modèle de « gestion automatisée des services de maintenance, ventilation et chauffage » ou de systèmes experts pour la « gestion prévisionnelle des affaires, des prospects et des clients » ». Il n’est désormais plus question de convier le public à « jouer avec les nouveautés, dont le salon manque d’ailleurs cruellement, mais bien un lieu où se concluent des contrats, où les exposants peuvent mener des négociations loin de la foule et de son brouhaha » explique cette fois David Haeberli. Patrick Lehner entend « créer une communauté où les gens se connaissent, se retrouvent et discutent. Le tout doit presque avoir un côté « salon de thé » ».

Cependant la stratégie ne porte pas les fruits espérés : « L’orientation de Computer-expo est très PME. Il est devenu difficile pour nous d’y amener nos grands clients, concède Luc Béhar [responsable marketing chez Compaq Suisse romande]. Et si le salon présentait des nouveautés mondiales il y a encore trois ans, ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’exposition est surtout faite de contacts et nous préférons les mener individuellement, hors des expositions. » C’est pourquoi le G.R.I. en termine en 2003 avec « le concept de salon réservé aux professionnels, l’édition 2003 devrait intéresser un public plus large ». On y prévoit notamment un « tournoi de consoles ». Que retenir de la politique du G.R.I. concernant la place ambigüe concédée à la foule, aux curieux, aux amateurs, aux pères de famille ? D’une part, que le foyer s’informatise considérablement plus tardivement que le bureau et que ce phénomène ne devient incontournable en Suisse romande qu’au cours des années 1990. D’autre part, que les termes employés pour désigner les non-professionnels témoignent d’une crainte constante : celle que le tout public vienne déranger, qu’il soit synonyme de bruit et de désordre. C’est là aussi sans doute un certain ethos de « cadres » et de « décideurs » qui s’exprime dans cette politique. Cela fait d’ailleurs étrangement écho à une histoire racontée par Yves Delessert et Joëlle Libois dans « Same player shoots again. Etude sur les salles de jeux à Genève » et daté de 1985. Un petit chapitre est consacré à la mobilisation des riverains (y compris des gérants de commerces de luxe) contre l’installation d’une salle de jeu d’arcade dans leur quartier. Parmi les argumentés échangés, la rhétorique du trouble à l’ordre publique et à la tranquillité occupe une bonne place. L’informatique domestique, et les jeux, existe bien avant la concession faire à « Computer at home » en 1994. Mais elle est alors affaire d’« accros », de « fanas ». On la laisse se développer, mais ailleurs, à l’extérieur puis aux marges des « salons de thé » où l’on peut parler contrats entre gens sérieux.

Couverture de “Same player shoots again”, d’Yves Delessert et Joëlle Libois (1985)

L’entrée des artistes : La lente intrusion de l’art, de la culture, et du loisir

Au sein de ce salon qui traite avant tout du monde professionnel et des problématiques que rencontrent divers secteurs de la société, les domaines artistiques ou culturels trouvent une place moindre. Cependant, celle-ci est généralement signalée (même brièvement) par la presse locale.

  • Dès l’édition de 1980, on signale la présence d’« œuvres de graphistes romands créées pour les entreprises ». On n’en saura guère plus et c’est d’autant plus dommage que cela était remarquable pour 1980.
  • En 1985, « Polaroïd présente dans le cadre de Computer 85 une exposition d’œuvres d’art composées par le Californien David Em au moyen d’un ordinateur » nous apprend la Gazette de Lausanne.
  • Computer franchit un nouveau cap en 1989 en dédiant un secteur à la culture, apprend-t-on sous la plume de Denis Jeanmonod : « Pour sa dixième édition, le salon lausannois montre pour la première fois (sic) des œuvres d’art réalisées à partir d’ordinateurs. Un bel accrochage dans la halle d’accueil, la possibilité de voir des artistes au travail ou de rencontrer le professeur René Berger, concepteur de l’espace “Ordinateur et culture”, sont les points forts de ce secteur. »
  • En 1990, la même journaliste nous annonce le renforcement du pôle artistique du salon : « Après un premier essai l’an dernier, Computer’90 se plonge cette fois avec délice dans cette révolution. L’informatique pénètre dans le monde de l’image, de la musique et du spectacle ».
  • L’année suivante, à l’occasion de la troisième édition de secteur « Computer in Art », le Journal de Genève fait un focus sur la présence de l’Ecole Cantonale d’Art de Lausanne et son Unité de synthèse de l’image numérique. Une dernière colonne est consacrée à Dominique de Bardonnèche, « bien connue des milieux informatiques [et qui] s’amuse avec les images qu’elle crée en direct, en interaction avec le public. » On apprend que cette artiste est licenciée d’histoire et d’histoire de l’art et qu’elle a reçu le Premier Grand Prix d’Art sur Ordinateurs en 1987 – et qu’elle expose désormais en Europe et aux Etats-Unis.
Article dédié à “Computer in Art”, dans Le Journal de Genève du 23.04.1991, p.19.

La terminologie « Computer in Art » n’est plus utilisé au-delà de 1991 et il est vraisemblable que l’émergence du multimédia a finalement laissé penser aux organisateurs qu’ils détenaient là une nouvelle porte d’entrée vers les images et sons informatisés. Ainsi pour Michelle Talandier, en 1992, il s’agit d’une véritable « déferlante » à laquelle « n’échappe pas [Computer] ». « Images et sons animeront les écrans installés sur les stands. Mais il ne s’agira pas toujours de multimédia, même si les exposants jouent sur la magie du mot. »

Article sur le multimedia titré “Les écrans se donnent en spectacle”. Le Nouveau Quotidien, 25.04.1992. p15.

 

Immergez vous dans Computer 1992 et ses images de synthèses grâce à un reportage de la RTS hébergé sur la chaîne youtube du Musée Bolo : https://www.youtube.com/watch?v=laT3uqIjVvU

Finalement, avec l’ouverture en 1994 d’une grande section « Computer at home » dédiée à l’espace domestique, les artistes n’auront été mis à l’honneur que quelques années. Et s’il y avait un doute : lorsqu’on parle d’œuvres sur ordinateurs, de « Computer in Art » ou même de « multimédia », dans le chef des organisateurs, on ne pense pas aux jeux.


Pour citer cet article : Pierre-Yves Hurel, “Le salon “Computer” de Lausanne. Partie 4 : Aux marges de « Computer » : la culture ”, in: Confoederatio Ludens, https://chludens.hypotheses.org/1826, 18.04.43.

Header : Capture d’écran d’un reportage de la TSR datant de 1992 et montrant un court métrage d’animation, URL: https://www.youtube.com/watch?v=laT3uqIjVvU




Cite this blog post
Pierre-Yves Hurel (2024, April 18). Le salon “Computer” de Lausanne. Partie 4 : Aux marges : le grand public et la culture. Confoederatio Ludens. Retrieved June 14, 2024, from https://doi.org/10.58079/w8ev

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search