Le salon “Computer” de Lausanne. Partie 1 : Une première vue d’ensemble

[Contexte : Cet article fait partie du dossier consacré au salon “Computer”. Celui-ci comprend une série d’articles à venir dans les prochaines semaines. Dans cette première partie, je présente mes choix méthodologiques, le corpus étudié et les principales périodes du salon

par Pierre-Yves Hurel

Dans quel contexte culturel et technologique a émergé le jeu vidéo en Suisse romande ? Quelles sont les particularités de l’informatisation de cette région ? Selon quelles modalités l’informatisation locale a été traitée par la presse ? Pour répondre à ces questions, j’ai décidé d’étudier la couverture médiatique d’un salon de l’informatique lausannois : le salon « Computer ». Ce dernier s’est tenu biannuellement puis annuellement de 1978 à 2004 à Lausanne-Beaulieu. A chaque fois, l’on trouvait dans ces grandes halles la fine fleur de l’informatique mondiale et locale, répartis sur des stands équipés en ordinateurs, goodies et dépliants explicatifs. Entre les allées, des cadres supérieurs venant chercher des « solutions informatiques » et des curieux venir découvrir des machines de pointe.

Choix méthodologiques

Pour étudier le salon « Computer », j’ai constitué un premier corpus (avec l’aide précieuse de Johan Cuda, étudiant-assistant sur le projet Confederation Ludens) de 170 articles publiés de 1978 à 2004. Les articles collectés viennent de publications toutes accessibles depuis l’outil mis au point par le journal Le Temps (letempsarchives.ch) ainsi que par son moteur de recherche habituel (letemps.ch). Au final, en croisant la période de publication des journaux et du salon, la récolte s’est portée sur des articles de La Gazette de Lausanne (LGL), Le Journal de Genève (LJG), Le Nouveau Quotidien (LNQ) et Le Temps. Précisons qu’une minorité d’articles proviennent du Temps, pour plusieurs raisons : d’abord le journal a commencé à être publié en 1998, ensuite le salon était déjà sur le déclin à ce moment, et enfin il est vraisemblable qu’en l’état, la préservation des articles de ce journal soit moins exhaustive que celle des autres publications. Ce premier corpus est étudié systématiquement au cours des cinq premiers articles de ce dossier.

Un second corpus d’articles issus des archives de 24 heures a été constitué (via scriptorium.bcu-lausanne.ch) de manière à apporter du contraste sur le traitement réservé à « Computer » – ce corpus sera présenté dans un sixième article. Je fais aussi référence ponctuellement à des compléments d’information obtenus via d’autres sources, notamment des articles de 01 Informatique conservés sur smaky.ch, ou des archives télévisuelles de la RTS et de la TVRL.

Mon choix s’est porté sur ces journaux à la portée significative en Suisse romande, afin de pouvoir saisir comment le salon avait été perçu localement, mais aussi comment ces journaux présentèrent l’informatisation galopante des années étudiées.

Les articles du corpus ont été récoltés selon deux modalités de recherche :

  • La méthode principale de collecte s’est faite via l’utilisation de la chaîne exacte de caractères « Computer 78 » (à décliner pour chaque année où le salon a eu lieu : 78, 80, 82, 84, 85, 86, 87, 88, 89, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 96, 97 – puis sur le moteur de recherche du temps en 98, 99 et enfin « Computer-expo » pour les éditions de 2000 à 2004.
  • Une deuxième méthode, via la commande de recherche de de mots associés sans faire mention de l’année (“Salon AND Lausanne AND Beaulieu AND Computer’’), nous a permis de recouper nos résultats.

Il est donc possible que certains articles soient passés à travers les mailles du filet, malgré toutes nos précautions et les mesures de vérifications entreprises, en raison de la marge d’erreur de l’outil ou d’éventuelles erreurs dans les titrailles, ou encore des choix de formulation alternatives (on pourrait imaginer des articles parlant du « salon de l’informatique de Lausanne » et non de « Computer »). Cependant, en l’état, nous estimons avoir un échantillon quasiment exhaustif.

Pour obtenir la sélection réduite à 170 articles, nous avons exclu du corpus :

  • 46 articles se retrouvant à l’identique dans plusieurs publications ;
  • Les nombreuses mentions du salon dans les agendas culturels (cf. ici pour exemple) ;
  • Quelques articles faisant mention du salon « Computer » de manière marginale, sans apport pour notre recherche. Pour exemple, voir l’annonce de la tenue d’un salon des médecines naturelles qui « se tiendra en même temps que Computer 89 ».

Un corpus diachronique, hétérogène, de qualité aléatoire

Avant de rentrer dans l’analyse en elle-même, dressons un portrait global du corpus. On trouve dans les articles récoltés une bonne proportion de brèves (63 articles équivalent à un huitième de pages ou moins) et d’articles basés sur des communiqués de presse ou des dépêches (30 articles signés d’un nom de l’agence de presse, 9 articles signalés comme étant des communiqués par les mentions « (c) » ou « (com.)). Dans les premières années de publications, l’on peut même trouver des dossiers entiers qui semblent être des contenus publirédactionnels. Cela ne signifie en rien qu’ils ne sont pas intéressants : ce format un peu hors norme sur ce sujet à l’époque a tendance à faire preuve de pédagogie et tient donc un discours sur l’informatique. Par exemple, en 1980, on retrouve deux dossiers de trois pages, le 21 avril dans le Journal de Genève, et le 22 avril dans la Gazette de Lausanne. Ces deux dossiers ressemblent fortement à des dossiers de presse, avec des communiqués du club Microtel, des PTT et d’autres acteurs d’un côté, mais aussi des encadrés revenant sur les inventions technologiques des décennies précédentes. Il faut attendre 1986 pour que le publirédactionnel disparaisse à peu près complément des pages du journal (avant de refaire une apparition remarquable mais isolée en 1992 : trois pages détaillent les nouveautés présentent au salon, dont deux sont signalés comme étant des communiqués).

Exemple d’encadré informatif au sein d’un dossier vraisemblablement
publirédactionnel publié le 21 avril 1980 dans le Journal de Genève.

Les articles présentant une plus-value journalistique se font rares avant 1986 – exception faite des articles fouillés de Marielle Stamm en 79-80 – réputée première journaliste spécialisée en informatique en Suisse romande (voir le portrait très documenté qui lui a été consacré sur le site du Musée Bolo), chroniqueuse pour 01 Informatique et fondatrice de IB Magazine. De 1986 à 1992, on compte 19 articles signé Denise Jeanmonod – une autre femme journaliste passée elle aussi par 01 informatique et dont la carrière semble beaucoup moins documentée que celle de son aînée. De 1992 à 1995, l’on peut encore trouver des articles signés « en collaboration avec IB Magazine ». Puis le traitement du salon (et de l’informatique en général ?) semble redevenir la prérogative de la rédaction interne à partir de 1995. Notons qu’en dehors de Stamm et Jeanmonod, les autres plumes ne signent jamais plus de six articles dédiés au salon.

L’analyse du rubriquage des articles permet de suivre autrement l’évolution de la place de l’informatique dans les pages des journaux. Jusqu’à 1986, le salon « Computer » fut traité alternativement dans les pages « Economie et affaires » ou dans celles du « Pays de Vaud » – ce qui annonce deux thématiques que l’on retrouvera massivement dans le corpus : l’impact de l’informatisation sur un secteur professionnel particulier, et l’importance de situer Lausanne sur la carte de la Suisse ou du monde en termes d’informatique. De 1986 à 1994, le salon sera traité principalement dans une rubrique « Nouvelles informatiques » ou dans des rubriquées créées pour l’occasion : « Spécial Computer 87 », « Computer 88 » ou « 89 », voire juste « Computer ». A partir de 1994, on retrouvera principalement le salon dans la rubrique « Informatique », signe que ce secteur est alors devenu une catégorie à part entière.

Notons encore que les articles peuvent être classés par rapport à la temporalité de publication au regard de la tenue du salon : il y a d’abord les nombreux articles (généralement des brèves et des communiqués) qui annoncent le salon. Quelques articles parmi ceux-là font suite à la conférence de presse annuelle des organisateurs et rapportent quelques savoureuses citations. Ensuite, il y a les articles qui « accompagnent » le salon : publiés pendant la tenue du salon, ils font état des tendances actuelles. Le salon est alors généralement abordé comme témoignant des tendances de l’informatique en général, il incarne l’informatique. Seuls quelques articles sont publiés une fois les portes de « Computer » fermés, et généralement pour annoncer son succès (même quand il est assez relatif). Répétons enfin que quelques articles repérés mentionnent « Computer » à la marge (par exemple pour signaler que telle entreprise, dont on dresse le portrait, s’est rendu à « Computer ») sans nécessairement juger nécessaire de le présenter.

Dans cet article de Michelle Talandier, avec la « collaboration » d’IB Magazine, le salon « Computer 92 » est simplement mentionné comme lieu où l’on pourra voir fonctionner la nouvelle imprimante d’HP.

Enfin le ton est très majoritairement lisse : très peu de critiques sont à lire dans les colonnes des différents journaux du premier corpus (hors 24 Heures, donc) – à l’exception d’une première page assez spectaculaire de la Gazette de Lausanne de 1984 et sur laquelle nous reviendrons. Sans aller jusqu’à une analyse sociomédiatique qui étudierait en profondeur les liens sociaux ou financiers des publications et des acteurs cités, cela n’est pas très étonnant : la presse locale a tendance à ménager ses relations avec les acteurs locaux, d’autant plus lorsqu’ils constituent des sources régulières d’information et d’encarts publicitaires.

Si chaque édition du salon « Computer » se retrouve traitée dans la presse étudiée, il parvient relativement bien à éviter de devenir un « marronnier » (un sujet habituel et traité chaque année de manière similaire, comme la thématique du départ en vacances chaque été), notamment en se réinventant et en mettant de nouvelles thématiques en lumière chaque année.

Vue diachronique sur « Computer »

Le salon est souvent traité par les journalistes comme l’incarnation de l’informatique : « Computer », c’est cette foire locale où l’on fait état des avancées technologiques qui vont impacter le présent, mais aussi le futur. C’est aussi le baromètre de l’industrie informatique. Trois indicateurs reviennent très régulièrement dans le corpus : le nombre d’exposants, de visiteurs et de mètres carrés occupés. Le marché connaître une croissance à deux chiffres ? Le salon grandit. La crise guette ? Le salon se réduit, ou, au contraire « ne connaît pas la crise » grâce à la réactivité de ses organisateurs. Il faut dire que pour ces derniers, l’enjeu est important : le salon « Computer » sert entre autres à financer un institut de formation. Le baromètre reste relativement fiable jusqu’à l’effondrement général des expositions technologiques au début des années 2000. Je découpe ici la vie de « Computer » en plusieurs périodes, qui pourraient servir d’indication pour l’histoire de l’informatisation de la Suisse romande en elle-même.

Année

Exposants

M² bruts

Public

1978

63

4500

6000

1980

200

9000

13000

1982

114

n.c.

14000

1984

140

12000

(p)16000

1985

222

16000

18000

1986

246

17000 (20 000)

23400

1987

302

25000

26000

1988

340

25000

(p)30000

1989

370

31000

30600

1990

410

31000

n.c.

1991

450

33000

30000

1992

N.C.

31000

33000

1993

370

25000

30000

1994

400

22000

34000

1995

387

20000

36000

1996

410

28000

37000

1997

n.c.

n.c.

n.c.

1998

n.c.

n.c.

n.c.

1999

n.c.

n.c.

n.c.

2000

480 (530)

n.c.

37000

2001

380

n.c.

(p) 25 000

2002

256

n.c.

13 000

2003

120

8000

(p) 10 000

2004

n.c.

n.c.

4100

Le salon « Computer » en chiffres présents dans le corpus.

Le tableau ci-dessus regroupe le nombre d’exposants, de mètres carrés bruts et de visiteurs pour chaque édition, lorsque ces chiffres sont mentionnés dans la presse. L’indication « (p) » signifie qu’il s’agit d’une chiffre avancé comme une projection et « n.c. » signifie que le chiffre n’est pas connu. Il faudrait à l’avenir compléter ces manquement via d’autres archives (les communiqués de presse, l’étude d’un autre journal, les archives des organisateurs). Lorsque deux chiffres ont été cités pour la même information, nous indiquons les deux. Notons enfin qu’il s’agit à chaque fois de chiffres donnés par les organisateurs.

On peut distinguer globalement trois périodes :

  • De 1978 à 1987, le salon grandit fortement, en passant progressivement de quelques milliers de visiteurs à plus de 25 000. En 1984, « Computer » passe à un rythme annuel. Cette période correspond à celle d’une très forte informatisation des différents secteurs de l’économie.
  • De 1987 à 2000, le salon connaît globalement une certaine régularité dans les chiffres (ce qui ne sera pas nécessairement sans difficulté, nous le verrons plus loin) : un nombre d’exposants entre 300 et 500 et toujours plus de 30 000 visiteurs. L’informatique s’installe progressivement dans les habitudes, mais le besoin d’un salon où sont exposées et expliquées les nouveautés se fait toujours sentir. Les organisateurs eux-mêmes semblent satisfaits de ce rythme de croisière et affirment qu’il « n’existe simplement pas beaucoup plus de 30 000 personnes, utilisateurs professionnels de l’informatique désireux de connaître chaque année les derniers développements dans le ce domaine »
  • Les chiffres s’affaissent ensuite progressivement, jusqu’à une dernière année, en 2004, où le nombre de visiteur est inférieur à la première édition. D’une part l’informatique a dès lors considérablement investi les foyers et s’est banalisé, d’autre part les nouveaux moyens de communication rendent obsolètes les salon aux yeux du public et des exposants.

Première conclusion d’étape : le salon « Computer » a occupé une place importante dans la vie locale, puisqu’il a été régulièrement représenté dans les colonnes des journaux étudiés, et qu’il a pu accueillir plusieurs dizaines de milliers de personnes. L’évolution du salon est fortement liée à l’évolution d’une certaine informatique et le lecteur est invité, au cours de la lecture de ce dossier, à se méfier des effets d’écrasement chronologique que l’écriture peut provoquer.

Dans le prochain article, nous parlerons de l’esprit romand et de la barrière de Rösti.


Pour citer cet article : Pierre-Yves Hurel, “Le salon “Computer” à Lausanne. Partie 1: Une première vue d’ensemble”, in: Confoederatio Ludens, https://chludens.hypotheses.org/759, 22.09.2023



Cite this blog post
Pierre-Yves Hurel (2023, September 22). Le salon “Computer” de Lausanne. Partie 1 : Une première vue d’ensemble. Confoederatio Ludens. Retrieved June 14, 2024, from https://doi.org/10.58079/mr8w

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search