Le salon “Computer” de Lausanne. Partie 2 : Esprit romand et barrière de Rösti.

par Pierre-Yves Hurel


Contexte : Cet article fait partie du dossier à propos du salon lausannois “Computer”

  • Dans le premier (lien), j’ai présenté mes choix méthodologiques, le corpus étudié et les principales périodes du salon.
  • Dans ce second article, je relate comment cette foire était intégrée dans un contexte de rivalité régionale.
  • De nouveaux articles seront publiés dans les prochaines semaines.

A l’origine du salon lausannois de l’informatique, « Computer », il y a le « Groupement Romand pour l’Informatique » (G.R.I.) qui se présente comme un groupe « d’utilisateurs » de l’informatique. On apprend sur son site internet (gri.ch) qu’il se réunit depuis 1971. Il s’agit certes d’« utilisateurs » de l’informatique, mais il faut comprendre ce terme comme on l’entendait avant l’ère de l’informatique domestique : l’objectif du G.R.I. était, et est toujours, de dynamiser le marché et de permettre aux grands acteurs locaux de rester compétitifs. Un court billet, publié le 15 juin 1971 dans le JDG, rend effectivement compte d’une première rencontre d’une centaine de personnes « représentant des entreprises, administrations, associations et écoles » de toute la Suisse romande. Les objectifs annoncés de cette association sans but lucratif et indépendante : « promouvoir et développer l’information des milieux spécialisés et du grand public », développer la formation, diffuser de la documentation, « participer à la définition de l’informatique » et enfin « protéger les intérêts » de ses membres dans le domaine informatique.

En 1971, création du Groupement romand de l’informatique (G.R.I.). Source : JDG.
En 1971, création du Groupement romand de l’informatique (G.R.I.). Source : JDG.
Après quelques années où le G.R.I. semble surtout se mettre en place et organiser quelques premières formations de cadres, vient l’idée de créer en 1976 des « Journées romandes de l’informatique ». Le 29 septembre 1976, dans le JDG, l’on apprend que cette journée de séminaire (notamment sur « l’accroissement de l’efficacité des services publics ») sera encadrée par une exposition « à laquelle participeront » des « constructeurs d’ordinateurs » et des « producteurs de logiciels ». Cependant, ce projet d’exposition n’était pas du goût de tout le monde, et certainement pas de celui des organisateurs de la « Büfa », une grande foire des « techniques de bureau », de la bureautique et de l’informatique de gestion qui se tient chaque année à Zürich (puis par après à Bâle). « Le contentieux entre la Büfa et le G.R.I. est déjà une vieille histoire » nous apprend Marielle Stamm dans le JDG le 04 avril 1981. « Il remonte à 1976 date à laquelle la Büfa, s’appuyant sur les statuts de l’association, boycotte la première exposition du G.R.I., en interdisant à ses membres d’y participer. Menacée devant la commission des cartels par le G.R.I., la Büfa signe en 1977 un accord autorisant ses membres à exposer à « Computer ». Mais devant le succès de « Computer 80 », la Büfa décide de contre-attaquer et annonce son intention d’exposer en territoire romand. » Une tentative de médiation du palais de Beaulieu échoue en 1980 et la Büfa décide d’organiser en 1982 sa première foire romande à Genève.

Ce choix de tenir deux grands salons de l’informatique si proche dans le temps et l’espace ne fait pas le bonheur des exposants, qui doivent soit choisir dans quel salon exposer, soit multiplier les frais. Et pourtant, la rivalité entre les organisateurs romands et alémaniques va durer pendant des années (en 1995 « certains esprits chagrins pensent toujours à une revanche », bien que le statut de « Computer » ne soit plus contesté). L’informatisation de la Suisse se fait donc en contexte de rivalités entre régions, ce qui n’étonnera pas les personnes au fait du Röstigraben (d’ailleurs ce contexte de rivalité culturelle touche l’ensemble des grandes expositions, et non seulement celles liées à l’informatique : on parle d’une véritable « guerre des foires »).

Au-delà de la rivalité entre ces deux salons, « Computer » s’inscrit dans un maillage plus large d’expositions de l’informatique à l’échelle nationale et européenne. Ainsi, l’on compare parfois le salon lausannois au fameux Sicob parisien ou au salon de Hanovre en Allemagne. Marielle Stamm constate, le 7 septembre 1979, que les annonces les plus fracassantes, et les premières mondiales, se font plutôt dans les grands salons français et allemand. Cependant, note-t-elle, le public helvétique est toujours bien au rendez-vous. On parle cette année-là de 50.000 visiteurs à la Büfa (comparativement aux 13.000 visiteurs à « Computer » l’année suivante). Il est vraisemblable que le public attiré – les décideurs des entreprises et administrations – se déplacent plus facilement à l’intérieur du pays que jusqu’à Paris ou Zürich. L’évocation de noms prestigieux semble aussi parfois être l’occasion de placer Lausanne parmi les capitales de l’informatique : « Pour quatre jours, la capitale vaudoise succède en effet à Tokyo, Bruxelles et Chicago » avance ainsi Denise Jeanmonod le 27 avril 1988 dans la GL.

Le contexte est tel qu’il m’est impossible d’être sûr d’être exhaustif, mais le maillage des foires spécialisés est dense, et se renouvelle régulièrement :

  • En 1977, La « FERA », foire de la télévision, de l’enregistrement et de la radio à Zürich s’apprête à accueillir l’électronique domestique et les microprocesseurs.
  • « Immm 78 », un salon de l’informatique à Genève semble tenir en 1978 sa deuxième édition (mais dont je ne retrouve pas traces de la première) et se concentre sur « le matériel ».
  • « Swissdata », un salon bâlois spécialisé dans le traitement de données – qui existe au moins depuis 1984. Il fusionne dès 1992 avec la Büfa pour devenir Orbit. Ce dernier est alors, en 1994, bien plus grand que « Computer ». « Swissdata » semble être une émanation d’un salon précédent, Ineltec, un salon de l’électronique et de l’électrotechnique.
  • Une tentative « outre-sarine » à lieu à Montreux en 1987, avec le salon « Logic ». Le G.R.I., là encore, s’est fait « l’écho d’une certaine grogne » indique Denise Jeanmonod un an plus tard. Ce salon, plus axé directement vers le grand public, s’est tenu dans plusieurs villes alémaniques avant d’être accueilli, une seule fois semble-t-il, à Montreux.
  • En dehors de notre corpus, on retrouve une mention du salon Mimi 76 à Zürich, sous la plume de Marielle Stamm dans 01 Informatique.
  • A partir des années 1990, il faudra parfois que les organisateurs de « Computer » se défendent de faire doublon avec la section « multimédia » des salons du livre, comme en 1999, où David Panchaud explique que le Salon du livre de Genève s’intéresse « plutôt au contenu alors que, nous, nous proposons surtout de la technologie. Ce n’est pas du tout le même angle de vue. »
  • En 2001, l’Internet Expo de Zürich, et de l’Exponet de Berne (« le pendant suisse » d’un évènement organisé depuis le début des années 1990 par DC Europe en Autriche et en Allemagne).
  • Notons enfin que pendant deux ans, en 1998 et 1999, « Computer » a été associé à l’ITEC, un salon interdit au public et consacré aux logiciels informatiques dans le secteur de l’armement (notamment les outils de simulation) – ce qui donna lieu à quelques mécontentements de la part de pacifistes et religieux.

« Computer » doit donc défendre sa place sur un marché concurrentiel et il incarne, là encore, l’informatique romande de manière plus générale. Le salon est en effet pensé comme un moyen de faire vivre la Romandie face à ses voisins parfois un peu trop influents ou imposants. En 1994, selon les propos d’Emil Jucker : « Le tout, c’est de maintenir un esprit romand. Lorsque nous avons créé « Computer », en 1978, l’idée était déjà de pousser notre région. A l’époque, tous les logiciels adaptés au marché suisse étaient en Allemand. Nous pensons maintenant que le danger de se voir lentement phagocyter par la France est réel. A l’heure actuelle, beaucoup de lignes téléphoniques hotline de constructeurs atterrissent en France. « Computer » doit être le moteur de l’esprit romand. » Cet esprit romand, Denise Jeanmonod l’avait déjà exposé dès 1986, rapportant l’histoire de « valeureux chevaliers informatiques » et leur tendance à « s’aimer différents » des voisins (mais aussi à s’aimer « petits », et « confidentiels »). Et si l’on remonte à 1976, on apprend dans 01 Informatique que le projet initial était de « mieux formuler l’identité de l’informatique en Suisse romande ».

Une identité qui reste cependant difficile à saisir au terme de cette recherche, et qui semble avant tout fonctionner comme un signe de ralliement des troupes à l’intérieur d’un territoire enclavé aux confluents de voisins imposants, et qui fut déterminé pendant toutes ces années, à ne pas devenir un territoire assujettis aux industriels français, suisse allemands ou même américains. A l’inverse, il semble « très difficile » de faire de Lausanne un pôle d’attraction du marché français voisin.

Le 22 avril 1986, Denise Jeanmonod narre « l’histoire des amours difficiles de quelquesvaleureux chevaliers informatiques avec la Romandie »
Le 22 avril 1986, Denise Jeanmonod narre « l’histoire des amours difficiles de quelquesvaleureux chevaliers informatiques avec la Romandie »
Au centre de ces prises de position se trouvent systématiquement Emil Jucker, « le plus alémanique des Romands qui ont fondé la manifestation lausannoise ». Celui-ci a été fortement impliqué dans l’organisation du salon de 1978 jusqu’à son décès en juillet 1998. Il est régulièrement désigné comme le « père » du salon, voire son « âme ». Il fut aussi celui qui prenait la parole « avec véhémence » pour défendre le salon contre le voisinage. En 1999, lorsque David Panchaud présente la nouvelle édition du salon, il rend hommage au fondateur, rapporte Le Temps, « Le décès d’Emil Jucker en juillet 1998 a laissé un énorme vide mais également un formidable héritage, le salon Computer. »

Il est évidemment délicat de s’avancer à quelques hypothèses concernant l’influence de ce contexte culturel et de rivalité a eu sur l’informatisation des différentes parties de la Suisse. Que ce serait-il passé si Genève, Lausanne, Zürich et Bâle avaient parlé d’une voix unie et s’étaient organisées de manière collaborative ? Est-ce que la barrière de röstis a pu ralentir la vitesse de pénétration de l’informatique sur le marché romand ? Pourquoi est-ce que le développement romand était, au moins initialement, vu comme une menace du côté alémanique ? Cette étude permet d’abord de démontrer que l’informatisation de la Suisse fut prise, au même titre que d’autres secteurs, dans un contexte culturel particulier.

Dans le prochain article, nous nous intéresserons plus en détail aux entreprises qui tenaient des stands au sein de “Computer”.


En-tête: “Exposition Computer 1989 – Stand MIP” (by Jean-Paul Crisinel via https://notrehistoire.ch/entries/Gq2YaAERYJx)

Pour citer cet article : Pierre-Yves Hurel, “Le salon “Computer” de Lausanne. Partie 2 : Esprit romand et barrière de Rösti.”, in: Confoederatio Ludens, https://chludens.hypotheses.org/784, 30.08.2023.



Cite this blog post
Pierre-Yves Hurel (2023, November 2). Le salon “Computer” de Lausanne. Partie 2 : Esprit romand et barrière de Rösti. Confoederatio Ludens. Retrieved May 20, 2024, from https://doi.org/10.58079/mr94

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search