Le salon “Computer” de Lausanne. Partie 3 : Les géants, les utilisateurs et l’informatique romande à travers le temps

par Pierre-Yves Hurel


Contexte : Cet article fait partie du dossier à propos du salon lausannois “Computer”

    • Dans le premier (lien), j’ai présenté mes choix méthodologiques, le corpus étudié et les principales périodes du salon.
    • Dans le second article (lien), je relate comment cette foire était intégrée dans un contexte de rivalité régionale.
    • Dans ce troisième article, j’étudie les entreprises présentes sur le salon.
    • De nouveaux articles seront publiés dans les prochaines semaines.

Au sein du salon lausannois de l’informatique « Computer » cohabitent les « géants » venus de l’étranger et les acteurs locaux. Ces derniers sont de différentes natures : il y a d’une part les « utilisateurs » – les grandes entreprises (privées ou publiques) locales qui viennent exposer leurs projets en lien avec l’informatisation de la suisse romande, et d’autre part les jeunes pousses qui proposent leurs propres logiciels. Il est vraisemblable que « Computer » (et les autres foires) joue un rôle important en termes de networking pour les acteurs impliqués dans l’exposition – cette fonction est d’ailleurs explicité lors d’un article de 2001.

On relèvera donc tout d’abord la présence des géants dont IBM, Apple, Atari ou encore Hewlett Packard. Ce sont eux qui apportent une dimension internationale et spectaculaire au salon, eux aussi qui sont à même de donner les grandes tendances du marché. Leur « défection » éventuelle, pour cause de concurrence avec une autre foire, ne manque pas d’être signalé, comme dans cet article du 22 mars 1990 où l’on signale « (…) une déception de taille pour terminer. IBM, Digital Equipment et Hewlett Packard, qui furent longtemps les exposants parmi les plus importants (…), de ce salon lausannois, ont fait défection. Ils ont choisi en effet d’exposer cette année en un seul lieu de Suisse romande, soit lord de Burexpo cet automne à Genève. Par souci d’alternance entre les deux villes lémaniques, éternelles concurrentes… ». Les rivalités régionales et nationales (Burexpo étant organisé par la Büfa) ne sont jamais loin. Par ailleurs il est vraisemblable que la présence de ces grandes sociétés au salon « Computer » soit globalement favorisée par le choix qu’ont fait ces sociétés d’établir à Genève leur siège européen (par exemple HP et IBM).

Les marques américaines sont convoquées comme baromètres des tendances de l’informatique. Pour illustrer que le marché de l’informatique connaît des difficultés, on signale qu’IBM a connu « un recul de 6% » en mars 1992. On suit de près aussi les innovations proposées par Apple (avril 1994) et on en profite alors pour signaler que 1000 Power Macintoshs ont été vendus en Suisse au cours de ses six premières semaines de commercialisation. Plus intéressant, de notre point de vue, est la mise en perspective historique qui s’opère dans le corpus : IBM et Apple représentent longtemps deux façons différentes d’imaginer l’informatique (le sérieux du bureau d’un côté, l’ergonomie et la créativité de l’autre). Mais l’on relève, dès 1989, que le marché est voué à se standardiser et que ces différences n’ont plus cours «D’IBM à Apple, qu’on a longtemps cru radicalement opposés, tous les constructeurs d’ordinateurs ne sont plus qu’une même chaîne, où tout fonctionne avec tout en dépit des différences de conception » (12 avril 1989). Quatre ans plus tôt, c’est l’arrivée des constructeurs japonais mais surtout européens, sous l’égide du voisin italien Olivetti, qui est remarqué (31 mai 1985).

Les utilisateurs romands

La vocation initiale du salon, consiste à aborder l’informatique comme un outil qui impacte l’activité de diverses professions et secteurs économiques. L’informatique est, pour tous ces acteurs, un « virage » à « négocier » afin de rester compétitif et de rationaliser leur production. L’ordinateur est un outil qui change la vie, l’industrie, et l’économie. Marielle Stamm l’exprime bien elle-même avec le recul (lien) : pour les chefs d’entreprises, les cadres, les nouveaux « informaticiens » puis peu à peu tous les secteurs de la société, l’informatique sert avant tout à « écrire et calculer de manière plus facile ». Quand la journaliste revient sur son passage au Journal e Genève, elle explique qu’il était :

« lu par les responsables de l’économie. Je décrivais pour eux les problèmes rencontrés par les entreprises dans le développement de leurs applications informatiques. Banques, administrations, hôpitaux, grandes sociétés comme Veillon. Tels étaient les enjeux à l’époque. »

L’ordinateur représente alors « des petites machines censées pouvoir tout faire pour soulager le travail au sein des grandes et moyennes entreprises. Et progressivement, dans les plus petites. »

Si cela va rester une tendance de fond tout au long de l’existence du salon, c’est particulièrement vrai de 1978 à la fin des années 1990. Au fur et à mesure des années, on égraine les professions impactées, voire on s’adresse à elles pour l’inciter à se rendre au salon.

    • En 1978, parmi le programme des séminaires ou conférences qui accompagne habituellement le salon, on retrouve notamment un évènement sur les « ordinateurs dans les administrations et services publics », ou encore un séminaire « Infotel », présenté par le Groupement Romand pour l’Informatique (GRI), mais aussi l’école hôtelière de Lausanne. Les secteur administratifs et hôteliers se préoccupent de la manière dont il vont pouvoir gérer des données et des systèmes d’informations (cf. pour exemple cet article de 1976 dans 01 Informatique qui relate l’achat d’un PDP 11/40 par l’Ecole hôtelière de Lausanne).

    • Toujours en 1978, c’est la profession elle-même de journaliste qui présente l’impact qu’aura l’informatisation de ses pratique et annonce « bientôt le journalisme pousse-bouton », suite à la démonstration d’un ordinateur transportable ne faisant « que » 8,5 kgs. Il s’agit en fait, bien qu’il ne soit pas nommé, du Scrib – développé à Lausanne.

    • En 1980, le rapprochement du traitement de données et de texte (notamment via le micro-ordinateur), est promesse de remplacement des secrétaires mais aussi de révolution silencieuse : « Le traitement de texte et le traitement des données par ordinateur étaient considérés, jusqu’à présent, comme deux éléments séparés du domaine très complexe du traitement de l’information au sein des entreprises. L’apparition toujours plus marquée des Micro-Ordinateurs contribue cependant à rapprocher les deux disciplines. On est dès lors en droit de se demander si l’on ne se trouve pas au seuil d’une nouvelle révolution, silencieuse, due à l’application de l’informatique. »

    • « Fait quasi unique dans une exposition informatique », signale Marielle Stamm le 10 avril 1980, « les banques présenteront leurs prestations communes et automatisées pour ne pas être en reste avec les PTT

    • Dans le même article, nous apprenons que « les compagnies d’assurances compléteront ce tableau en faisant la promotion des assurances spécifiques destinées à la couverture des risques informatiques. » Ce secteur s’organisera quelques années plus tard sous l’égide du Clusis (club de la sécurité informatique suisse).

    • Si en 1982, on nous rapporte l’exposition d’une voiture qui répond aux commandes vocales – et qui pourrait donc être utiles aux personnes handicapées – il semble opportun de signaler au lecteur que le système « peut se transformer en système de facturation simple, toujours en réagissant à la voix humaine ».

    • En 1986, Denise Jeanmonod prévient l’informaticien qui souhaiterait se rendre au salon : il n’est pas, selon lui, celui qui aura le plus d’intérêt à se rendre sur place. « Que vous soyez garagiste, architecte, fermier, courtier en publicité ou responsable d’une petite industrie, vous y trouverez votre intérêt un peu plus, peut-être que le véritable informaticien »

    • En 1987, Denise Jeanmonod explique encore que ce « Computer » s’adresse notamment aux administration publiques, gestion d’entreprise, secteur bancaire, publicité, professions libérales, petites industries en quête d’une « solution informatique ». Et l’autrice d’ajouter des cibles qui semblent secondaires : « Et il faut ajouter en vrac les distributeurs de boissons, les installateurs de chauffage, les bijoutiers, les arts graphiques, etc. »

    • En 1988, on ne se limite plus à écrire et calculer plus facilement, on crie aussi plus facilement, sur les places boursières suisses, comme on l’apprend dans un article qui revient en détail sur l’informatisation de certains processus boursiers. Un encart revient sur une exposition de « Computer » qui donne à comprendre les mécanismes de la bourse.

    • La même année, Denise Jeanmonod signale la présence « pour la première fois de systèmes dédiés à l’automatisation du commerce de détails. »

    • Cependant la vraie star de 1988 semble être le robot, de part la tenue similaire et conjointe de « Computer » et d’un Symposium sur la robotique industrielle. On y apprend au passage l’existence d’une robotique suisse, avec une vingtaine d’exposants locaux dans ce seul secteur.

    • En 1990, aux secteurs cités s’ajoutent l’agriculture, la santé, l’hygiène, la chimie, l’horlogerie, la restauration et le tourisme.

    • En 1991, une pleine page est consacrée au secteur de la construction et de l’architecture.

    • En 1992, on dédie une halle complète aux questions de sécurité.

    • Parmi les plus petits acteurs romands, mais qui jouent un rôle clé dans l’articulation entre géants étrangers et scène locale, se situent aussi les revendeurs ou importateurs. Par exemple MPC, « plus grand revendeur romand de PC » en 1992. Mais aussi « Computer Shop » – une boutique spécialisée à Genève, à l’histoire riche et toujours en activité en 2023 (cf. son site internet).

    • Enfin en 1993 le tri des déchets local se dote de nouveaux outils informatiques.

Notons aussi que le secteur de l’éducation supérieure est bien représenté aussi avec la présence régulière de l’EPFL, de l’UNIL, la HEIG, l’Ecole cantonale vaudoise d’Art et d’autres écoles. L’ecole cantonale vaudoise d’Art réalise une « démonstration de l’activité de l’Ecole cantonale vaudoise d’Art, dans le domaine de l’enseignement artistique au moyen de l’ordinateur. » en 1989.  L’UNIL profite par exemple du salon pour mettre en lumière, en 1984, via un contenu vraisemblablement de type publirédactionnel, la création d’un cours de programmation au sein de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales 1984. L’EPFL présente régulièrement, dès 1980, les implications de l’ordinateur dans le domaine de l’ingénierie et de son enseignement. C’est parfois l’occasion de mettre en lumière les travaux des différents professeurs (Daniel Thalmann concernant les images de synthèse en 1990, Professeur Burckhardt pour la réalité virtuelle et la robotique en 1994 ainsi que Jean-Daniel Nicoud – sur lequel nous reviendrons plus tard)

L’informatique comme moyen de communication  
Une tendance signifiante, bien que plus faible quantitativement dans notre corpus, consiste à aborder l’ordinateur avant tout sous l’angle des techniques de l’information et de la communication. Nous retiendrons à ce sujet trois dates clés : Lors de la première édition du show, en 1978, les PTT « présentent leur nouveau système électronique de paiement » nous apprend J.M. Vaucher. On y apprend notamment que le nouveau « système particulier de communication EDW pour les données et le télex » se développe d’abord à Zürich en 1978, « suivi de près » par Genève en 1979. « D’autres terminaux sont prévus à Berne et à Bâle ». Bien qu’il ait déjà été testé en 1979, le Vidéotex arrive au salon en 1980. Le lecteur apprend qu’il s’agit d’un « système que les PTT essaient en Suisse et qui offre à tout abonné la possibilité d’accéder à des banques de données par l’intermédiaire de son récepteur de télévision ». En 1986, Alain Nicollier admet qu’entre le Vidéotex[1] et le Minitel (son équivalent français) « votre cœur peut balancer ». Pour autant il sera encore présent sur le salon au moins jusqu’en 1995. La troisième date clé est celle de l’arrivée d’Internet au salon : c’est en 1996 que « Computer […] surfe sur la vague Internet » nous apprend Pierre-Henri Badel. Un espace y est d’ailleurs spécifiquement réservé et agencé comme une classe. Les organisateurs peuvent compter sur la présence des animateurs du « Club Internet de Lausanne » pour informer les visiteurs. De plus 40% des stands habituels sont quant à eux équipés d’Internet.  

A partir du début des années 1990, l’impact de l’informatique sur les métiers est moins central dans le corpus. Et pour cause : le choc est en parti absorbé, la nouveauté est moindre. L’industrie bascule d’un marché de première acquisition (synonyme de croissance rapide) et d’un marché de remplacement (ce qui semble en fait correspondre à ce que d’autres ont appelé la « crise de la maturité » (cf. Le Monde Diplomatique).  Ainsi, « Computer 93 » est l’occasion (via un communiqué… des organisateurs ?), de faire savoir que 45% des entreprises suisses étaient informatisées en 1992 selon une étude, et que 40% des achats de matériel sont désormais de l’ordre du remplacement. On apprend au passage que 80% des firmes informatisées n’utilisent plus que le PC, au détriment des anciens « mini ordinateurs », et que la pénétration du PC est très inégale suivant les secteurs concernés. « En conclusion, force est de relever que le marché de l’informatique et « Computer » – qui constitue sa vitrine unique en Suisse romande – ont encore de beaux jours devant eux. » Le salon incarne le secteur… Dans ses aspects positifs. Ainsi, bien qu’IBM connaisse en 1992 un recul de 6%, Emil Jucker, « l’âme du salon » se veut rassurant : « D’un régime de croissance, nous sommes arrivés aujourd’hui à un régime de qualité. »

En 1997, le marché continue d’évoluer, cette fois il s’agit d’entrer dans « ère de standardisation où il est de plus en plus difficile de différencier une machine d’une autre ». On note alors une augmentation de la place prise par grande distribution, ce qui laisserait moins de place pour les spécialistes. On cite, au sein du même article, une étude de Robert Weiss (qui semble toujours en activité sur www.robertweiss.ch) : 633 000 ordinateurs ont été vendus en Suisse en 1996, soit une croissance de 3,9 %. Mais c’est aussi la première fois depuis l’année difficile de 1992 que le marché enregistre une hausse inférieure à 10%. On note aussi la présence de 1.4 million d’ordinateurs en fonction sur une population active de 2 millions en suisse.

En 2001, Patrick Lehner, le nouveau directeur du salon, explique que l’on soit passé d’une industrie moins orienté vers le matériel : « Les taux d’équipement des foyers commencent à atteindre leur maximum selon moi. Le marché du remplacement peine à décoller. Seuls les fanatiques comme moi ont plusieurs machines à la maison. Les entreprises informatiques se sont donc lancées dans les services. ». Dès la même année, l’on s’interroge sur le fait qu’il y ait potentiellement trop d’expositions technologiques. Même si l’on tente de se rassurer en 2002 en expliquant que la baisse de surface des expositions est liée en partie à la fin du « gigantisme des années 90 ».

En 2004, « Computer » baisse le rideau via un communiqué (que l’on peut désormais retrouver sur web archive). « COMPUTER-expo cède sa place à Business Software & Services » – ce qui semble annoncer un nouveau rendez-vous régulier, qui sort cette fois du spectre de notre étude. Il s’agit alors d’un phénomène global puisque la même année « Eprouvés par une fréquentation en chute libre, Orbit et Internet Expo fusionnent ». Jacques Webern alors « responsable de Computer-Meeting », explique que désormais « tout se trouve sur Internet » – il semble désormais bien difficile de justifier l’existence du salon. Voilà qui permet de confirmer que l’intérêt de ce salon était d’être un canal d’information à une époque où, certes la presse spécialisée existait déjà et où la presse quotidienne se faisait l’écho des mouvements de fond, mais où l’information restait rare.

Le développement d’une informatique romande

Parallèlement aux géants et aux utilisateurs, on retrouve à « Computer » des romands impliqués dans le hardware (dans les années 80) comme dans les logiciels (la décennie suivante). Historiquement, il est intéressant de noter qu’en Suisse romande aussi les hobbyistes sont parmi les pionniers. Ainsi, un communiqué (1980) de Microclub dresse le portrait des « fanas » du microprocesseur. On retrouve sur leur stand « différentes réalisations de ses membres avec, entre autres, une liaison radio-amateur contrôlée par microprocesseur et un système de composition graphique. » Il s’agit cependant de la seule occurrence du club dans notre sélection d’articles. On retrouve des occurrences du club, hors corpus, dans un article de 1979, de Marielle Stamm pour 01 Informatique, ainsi qu’un article non-signé dans la Gazette de Lausanne en 1986. On y apprend qu’il s’agit alors « du plus ancien » club de Suisse romande, puisque fondé en 1976 – et l’existence de liens forts entre le club, l’EPFL et Jean-Daniel Nicoud – le club est notamment hébergé dans les locaux de l’EPFL au moins pendant une partie de son existence. Notons qu’en 2023 le club semble toujours en activité.

Pour Denise Jeanmonod, en Romandie,

« On s’aime petit et confidentiel […] l’informatique romande est un bel aquarium où tout est possible, même de produire un micro-ordinateur aussi fort que le Macintosh d’Apple, mais où rien n’est fait en série. Ce n’est pas seulement une question d’exiguïté du marché. On s’aime petit et confidentiel. (…) Le Pr Jean-Daniel Nicoud est clair sur cet aspect des choses : “Même confidentiel, le Smaky représente un groupe de recherche et un potentiel de créativité, donc une expérience dont bénéficiera tôt ou tard l’industrie” » (22/04/1986).

L’ordinateur vaudois a par ailleurs « souffert de la très vieille rivalité entre les deux principales villes lémanique, Genève et Lausanne »[2].

Un article de Denise Jeanmonod du 22 avril 1986 nous apprend ainsi qu’en dehors du Smaky « on fabrique aussi des composants chez nous ». Ainsi va de Gespac, à Plan-les-Ouates près de Genève qui fabrique des « modules de base : unités centrales, cartes mémoires, contrôleurs, interfaces, etc. ». Au détour d’une phrase on apprend par ailleurs que l’entreprise a « naturellement son ordinateur original, qui porte le nom de Gescomp ».

Fiche technique du Gescomp 720, L’Ordinateur Individuel Hors Série N°29 (1981), page 123 (Source image)

« Autre entreprise qui monte, Valtronic ». Comble de la réussite, ces deux entreprises ont une filiale américaine. « Ces sociétés ont été fondées à la Vallée de Joux ». C’est toujours dans la même vallée, surnommée ici « La Silicon Vallée de Joux » qu’on retrouve produite la « souris vaudoise », signée Jean-Daniel Nicoud et fabriquée « à la fois par Dépraz dans la Vallée de Joux et Logitech à Apples près de Morges ». Ici à nouveau « le seul problème (…) reste la véritable fabrication en série » pour pouvoir concurrencer les prix américains. La suite de l’histoire, et le gigantesque succès de Logitech, semble montrer que le problème n’était pas insoluble. Notons qu’en 1986, Dépraz Mouse a présenté une autre souris, sans fil cette fois.

Cette industrie électronique romande, qu’une brève nous indique avoir été présente « pour la première fois » en 1985 est donc déjà bien traité en 1986 et est rassemblée 1987 sous le label « PME2 ». Ce sont cette fois 17 sociétés qui « tentent de montrer qu’en Suisse romande il y a aussi une industrie des composants électroniques, de systèmes à microprocesseurs, de composants d’automatisme ». On apprend dans le même article que ce secteur emploie 300 personnes « dont 50 ingénieurs » (les 250 autres personnes ne sont pas caractérisées mais on peut supposer qu’il s’agisse principalement d’ouvriers à la chaîne et de personnel administratif).

Le 23 avril 1987, Laurent Borel nous apprend que la Fondation Suisse pour les Téléthèses (FST) vient de réaliser « un véritable tour de force » en commercialisant une télécommande infrarouge universelle qui viendra en aide aux personnes handicapées – le tout en devançant « de nombreux laboratoires concurrents de par le monde ». Deux ans auparavant, la FST avait développé « Hector », un ordinateur parlant à l’intention du même public cible.

L’électronique romande est donc relativement mise à l’honneur au cours des années 1980 mais semble ensuite disparaître, au moins des colonnes des journaux étudiés. Quelques investigations hors corpus semblent pourtant contredire l’hypothèse d’une disparition réelle du secteur : on trouve un article sur l’histoire mouvement de Gespac en 1998, le succès de Logitech est bien connu, Valtronic s’est spécialisé dans le domaine médical, …

Software made in Romandie

Dans les années 1990, la tendance est plutôt au logiciel et c’est donc sans doute pour cette raison que les acteurs locaux mis en lumière relèvent eux aussi de ce domaine. Cela s’explique entre autres par la mise en place d’un « Prix Crédit Suisse du logiciel, créé à l’origine pour Logic, la défunte exposition montreusienne de micro-informatique » et qui est dès 1990 remis « dans le cadre du Palais de Beaulieu. » En 1990, « Les lauréats se nomment Jean-Christophe Hadorn (prix senior pour Hyperbrid, un programme de gestion technique pour les communes) et Jean-Claude Schopfer (prix junior pour Aventura I, un logiciel de jeu) ». Aventura devient ainsi, sans prévenir, le premier jeu vidéo local cité dans notre corpus. Malheureusement, il restera quasiment le seul. Les années suivantes, jusqu’à la dernière édition du prix du Crédit Suisse en 1993, les logiciels nommés seront d’ordre utilitaires. En 1992,

« le jury a récompensé une jeune entreprise de Vevey, Case Design que dirigent MM. Stéphane Buser et Stéphane Scheidegger, créateurs d’Odyssée et la société genevoise Extran, dirigée par M. martin Bächtold pour son logiciel “Teletranslator Network”. Le premier logiciel est un “langage informatique de la nouvelle génération” et le second est un logiciel de traduction automatique. »

L’année suivante, c’est FreeTrieve, « un système électronique de gestion de documents ». En 1995, le prix « Winswiss Computer 95 » récompense à nouveau des logiciels utilitaires et de gestion.

En 1992, Marie-José Jones et Michelle Talandier explique que face aux « grands classiques » (Works, Excel, etc.),

« plusieurs applications arboraient l’étendard des développeurs romands : les comptabilités Winfinance d’Obag (FR) et Winman d’Hexagone (VS), ainsi que Cornelius, un système expert de télémaintenance repris par la société vaudoise Attexor. VMM de Monthey faisait tilt avec Contacts, un programme pour la prospection commerciale tournant aussi sur l’ardoise électronique de NCR, où il reconnaît l’écriture manuscrite. »

Comptabilité, télémaintenance, prospection commerciale : les entreprises locales mises en avant sont sérieuses et utiles aux entreprises. Un communiqué de 1992 fait cependant la promotion de deux logiciels destinés aux jeunes : « Mot à mot », un logiciel éducatif pour apprendre aux enfants à manipuler le vocabulaire, et « Croquis », un logiciel de dessin.

Autre exemple en 1997 : Mediaprofil, société veveysane, qui réalise des CD-ROM interactifs pour des institutions tierces. « Notre savoir-faire en matière de bases de données destinées aux CD-Rom peut se montrer très utile pour des ouvrages de référence, comme les encyclopédies ou les catalogues », explique son directeur, qui présenta aussi son entreprise à l’espace multimédia du Salon du livre de Genève.

Il y a donc un secteur du logiciel en suisse romande, au moins au début des années 1990, et il est en partie dynamisé par les institutions locales que sont le salon et son sponsor bancaire. D’autres logiciels dans le domaine culturel, et potentiellement assimilable à la sphère ludique, émergeront vers 1995-1997, comme nous le verrons par la suite. On remarquera en tous cas l’occasion manquée d’un prix du jeu vidéo local, alors que tous les paramètres étaient réunis. La remise d’un tel prix lors de la première édition est-il le signe d’un héritage du salon de Montreux qui était, lui, orienté vers l’informatique domestique ? Il serait intéressant de remonter aux origines de cet autre salon afin de comprendre si le projet étai de propulser une scène vidéoludique locale. Une autre voie de recherche ouverte par la description de l’informatique suisse dans cet article : est-ce que la présence d’une industrie (même légère) informatique romande dans les 1980 explique ou permet la scène du logiciel des années 1990 ? Ou est-ce que ces phénomènes sont simplement adjacents, sans liens entre eux ?


[1] Pour aller plus loin sur le Vidéotex, lire cet article de blog du Musée national Suisse : https://blog.nationalmuseum.ch/fr/2020/12/le-videotex/ ou encore : Marielle Stamm, 2009, “La saga du Vidéotex”, Geschichte und Informatik = Histoire et informatique, URL : https://www.e-periodica.ch/cntmng?pid=gui-001%3A2009%3A17%3A%3A243

[2] Voir aussi ce retour sur l’histoire d’Epsitec à l’occasion de ses dix ans, ou encore celui-ci qui se demande ce qu’est devenu le Smaky en 1993.


Photo d’en-tête : Auteur.trice inconnu.e, accompagnant l’article de Denise Jeanmonod, “Une ruche d’ordinateur”, 12 avril 1985, Journal de Genève, p. 25.



Cite this blog post
Pierre-Yves Hurel (2024, February 26). Le salon “Computer” de Lausanne. Partie 3 : Les géants, les utilisateurs et l’informatique romande à travers le temps. Confoederatio Ludens. Retrieved June 14, 2024, from https://doi.org/10.58079/vwtl

One thought on “Le salon “Computer” de Lausanne. Partie 3 : Les géants, les utilisateurs et l’informatique romande à travers le temps”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search